Infographie Duero
Pourquoi il y a tant de poubelles dans la cour d'école? - Peut-être parce que certains élèves sont trop irresponsables.
Bien sûr que non, on ne mange pas de serpents! en répondant à leurs correspondants gabonais
Teacher Gordon, vous êtes catholique?après la prière quotidienne en classe

Résumé 

Sur recommandation de notre super hôte et guide Gery, nous descendons jusqu’à l’île de Bohol, dans l’archipel des Visayas. L’île de Bohol est cernée par des réserves marines protégées, la mangrove borde une partie non négligeable du littoral et de nombreuses sources et cascades sont réparties sur le territoire. L'écotourisme s’y est très largement développé.

Loin des attractions touristiques et de la station balnéaire de Alona Beach, nous nous arrêtons un peu par hasard dans la petite ville de Duero (prononcez le “r” roulé). Nous croisons le chemin d’ Elloiza, qui sera notre bonne fée durant notre séjour! Elle nous installe dans une maison inhabitée, située directement sur la plage! Nous vivons au rythme des pêcheurs, en essayant de ne pas rater le lever de soleil et en guettant les lumières des bateaux qui rentrent à la tombée de la nuit. Toute la famille d’Elloiza nous accueille très chaleureusement.

Après un aller-retour à la capitale régionale Tagbilaran pour certifier notre projet auprès de la School Division Superintendent de l’île, les portes de l’école de la petite ville de Duero s’ouvrent à nous! Ne reste plus qu’à trouver un interprète pour animer les journées Libellules dans cette classe où le niveau semble bien plus hétérogène qu’à Pagbilao. Et de plus, nos quelques mots de Tagalog appris en début de séjour ne nous sont pas d’une très grande aide puisque la langue la plus parlée à Bohol est le Visaya! Cette fois encore, nous pouvons compter sur la famille d’Elloiza. C’est Gilliane, parfois accompagnée de son frère qui nous aidera à nous faire comprendre auprès des 32 élèves de la classe et réciproquement.

Nous assistons au lever de drapeau du lundi matin. Au programme: hymne national, prière, discours de la directrice et pour finir, une chorégraphie reprise par tous, élèves et enseignants!

Dès les premiers ateliers, nous nous apercevons que le niveau sonore est très élevé, entre les ventilateurs, les CP de la classe mitoyenne qui récitent leur leçon et le vieux plancher qui craque à chacun de nos pas et de ceux de la classe du dessus. L’agitation des élèves s’y ajoutant, nous finissons ces deux journées plutôt fatigués et la gorge enrouée! Un petit mot d’une élève nous laisse un bon souvenir de cette classe: “sorry because we’re a little naughty but we're thankful we met you”/Désolé d’être un peu polisson mais nous sommes reconnaissants de vous avoir rencontré

En plus des ateliers en classe, nous profitons d’avoir de longues journées pour mettre en place un atelier pratique en lien avec ce que nous observons depuis quelques semaines. En effet, les poubelles publiques ou communes (à l’école, dans la rue, dans les centre commerciaux) sont systématiquement divisés en 4 compartiments pour permettre de trier les déchets. Pourtant le tri ne semble pas être dans les habitudes des adultes et enfants philippins. Dans cette école de Duero, nous constatons que les élèves mettent de manière aléatoire leurs détritus dans les 4 bacs de couleur. Alors tout le monde dehors pour une opération « Cours de récré propre »! Les enfants forment spontanément des petits groupes pour ramasser les déchets, principalement en plastique. Le tri n’est pas si simple mais les élèves s’entraident et s’en sortent plutôt bien!

Ces élèves vivent dans un environnement où la Nature est encore très présente, généreuse à pleins d’égards avec de nombreux arbres fruitiers, une mer riche en poissons,.. De plus le gouvernement depuis 15 ans environ met en place une politique pro-environnementale notamment dans les écoles. Ainsi, les enfants connaissent les espèces endémiques, souhaitent replanter des arbres et dans cette école, tous les élèves de CM1 et CM2 doivent entretenir le potager de l’école.

Nous espérons donc avoir pu arrosé et ensoleillé les petites graines plantées avant nous chez ces jeunes philippins.