Newsletter4
0
0
0
s2sdefault

Jour 3

Rando Hommage dans Langtang

Ce matin, on entend quelques hélicoptères touristiques faire le tour de la vallée. Puis, le bruit sourd des cascades et les corbeaux prennent le relai lorsque l’on passe par l’ancien village de Langtang. Ici, un tapis gris de rochers et de cailloux a recouvert le village le plus habité de la vallée. C’est lors du dernier tremblement de terre, en 2015, qu’une avalanche de neige et de pierre a entrainé la mort d’une centaine de Népalais et de dizaines de trekkeurs étrangers. C’est ce que nous indique le mémorial surmonté c’est demi-sphère de pierre et d’un pic doré, c’est la forme traditionnelle des monuments bouddhistes au Népal : la Stupa.

Nous nous sentons triste en traversant cet immense éboulis et pendant tout ce trek, nous ne cesserons de penser aux habitants de la vallée qui y ont perdu femme, ami ou enfants. A partir de Langtang, de long murets de pierres séparent le sentier en deux voies, il est d’usage de passer à gauche, comme lorsque l’on rencontre une stupa. Des moulins à prières sont également installés sur les rivières. Ils tournent grâce à la petite hélice de bois immergée.

A quelques dizaines de mètres du village détruit, un nouveau Langtang a été construit, notamment grâce aux aides internationales qui ont soutenu la reconstruction de la vallée. Nous nous arrêtons pour la pause thé. A partir d’ici, on commence à voir des yak en pâturage et les maisons sont entourées de murets de pierre, pour en faire des enclos. Le village dénote avec sa grande antenne téléphone. Ici les lodges comptent 2 ou 3 étages, les bases sont en ciment. On a le sentiment que paradoxalement plus on s’enfonce dans la vallée, plus les lodges sont confortables.

Malgré les fourmillements dans les mains et le mal de tête, on s’acclimate plutôt bien à l’altitude qui augmente petit à petit. Ce soir, on dort à 3800m ! Le village de Kyanjin Gompa est le plus grand que nous ayons vu dans la vallée jusqu’à présent. Les guesthouse sont nombreuses, un monastère est installé en surplomb du village, il y a une boulangerie et une fabrique de fromage de yak (ou de nak plutôt, le yak étant le mâle !).


Jour 4

Rando Escargots !

Levés à 5h pour le petit déjeuner au coin du poêle à bois et c’est parti pour l’ascension du Tserko Ri ! Au fur et à mesure, les plus hauts sommets s’illuminent, puis le soleil passe par-dessus les crêtes. Le spectacle matinal est époustouflant.

On mettra plus de 4h pour atteindre le sommet du Tserko Ri, ce n’est pas un record mais c’était pour nous impossible d’aller plus vite ! Pour éviter les effets du manque d’oxygène, on y va donc tout doux et au bout d’un moment, on a plus le choix que d’avancer très lentement ! Les derniers mètres, c’est presque plat. Idéal pour reprendre sa respiration avant de rejoindre le sommet et les nombreux drapeaux de prières flottant au vent qui nous narguaient depuis déjà un moment !

Et là, c’est magique, on se retrouve encerclés par le Lirung, le Yala et autres sommets enneigés, certains culminent à plus de 7000 m ! Les couleurs des drapeaux contrastent avec le marron et le blanc de la montagne et le orange de la vallée et bleu du ciel. Etonnés par la douce température à 4984m d’altitude, on prend le temps de profiter de ce paysage à 360 degrés. On peut apercevoir le village d’où on est parti à l’aube, tout petit en bas, reconnaissable avec ses toits de tôle bleus. Et quand on lui tourne le dos, les montagnes qui nous font face marquent la frontière avec le Tibet.

Un moment haut, en altitude et en émotions !